Antropical 2017: ,,inclure le public”?

Depuis notre première édition en 2016, nous avons eu le temps de traiter et d'évaluer les futures démarches à suivre. Pendant la résidence, l'échange entre les participant.e.s était fructueux et inspirant. Les projets réalisés représentaient non seulement de belles réflexions par rapport aux recherches sur place, mais aussi de la situation de vie commune. Pourtant, nous avons rencontré un grand revers concernant l'interactivité et la promotion pendant le festival. Durant Kolla, alors que nous étions en train de travailler vers un art 'site friendly', nous avons aperçus que le public du festival, représentant la partie la plus importante du groupe ciblé, n'avait pas suffisamment été pris en compte.

C'est pour cela que nous considérons Antropical 2017 comme une continuation d'une recherche plus large de méthodes alternatives d'exposition et de production d'art.  En général, le projet essaie de trouver une façon d'intégrer la recherche artistique dans le contexte d'un festival. Quel est le lien entre la haute culture et la culture populaire?

Nous avions approfondi la question suivante:

Comment traiter le conservatisme dans l'art quand celui-ci commence à faire partie de la vie courante?


Marchant sur les traces de l'Avant-Garde, nous cherchons à remettre en question la qualité de l'art lorsque celui-ci quitte le cocon confortable du 'white cube' pour mettre le pied dans la vie courante. Quelle est la valeur de l'objet d'art quand celui-ci quitte la zone protégée et entre dans un espace commun où les citoyen.ne.s - ou dans notre cas précis le public du festival - interagissent de façon imprévisible? Que devient l'art lorsqu'une œuvre d'art n'est pas évaluée selon des critères 'Art-for-arts-sake', mais par rapport à sa valeur sociale ajoutée?

Par conséquent, lors de la résidence Antropical 2017 tout tourne autour du public et le rôle de celui-ci dans la recherche artistique. Le but le plus important est de créer un échange entre les participant.e.s et finalement aussi avec le public du festival. Bien que ce ne soit pas une obligation de développer une œuvre interactive, il est nécessaire d'intégrer la recherche dans la situation du festival et de penser à comment transmettre et promouvoir le résultat à des personnes qui ne sont pas forcément intéressés ni par l'art ni par la recherche artistique.